Enquête régionale : l’expérience patient

11 décembre 2018

En novembre 2018, une enquête régionale « L’Expérience Patient » a été envoyée à tous les établissements sanitaires et médico-sociaux de la région SUD-PACA.

A l’issue de l’enquête régionale Expérience Patient, un groupe de travail régional, composé de professionnels nous ayant rapporté une expérience sur la thématique « Expérience patient » va être créé.

Indicateurs de qualité et de sécurité des soins

5 décembre 2018

Rapport des résultats nationaux de la campagne 2018

La Haute Autorité de santé a publié les résultats 2018 des indicateurs de qualité et de sécurité des soins mesurés dans l’ensemble des hôpitaux et cliniques.

Les résultats sont publiés établissement par établissement, sur www.scopesante.fr.

Premier rapport HAS sur les signalements des EIGS au niveau national

29 novembre 2018

Bilan 2017 des EIGS déclarés par les professionnels de santé

Le premier rapport de la HAS sur les signalements des EIGS au niveau national fait le constat du démarrage effectif du dispositif de déclarations : 1 870 EIGS ont été déclarés de mars à décembre 2017, ce qui témoigne d’un bon début de mobilisation – à amplifier – des professionnels et des organisations sanitaires et médico-sociales.

Questions d’économie de la Santé

n°237 – septembre 2018

Personnes suivies pour des troubles psychiques sévères : une espérance de vie fortement réduite et une mortalité prématurée quadruplée

Magali Coldefy, Coralie Gandré (Irdes)

La mortalité des individus suivis pour des troubles psychiques sévères n’avait été étudiée que de façon parcellaire en France. La mise à disposition de données relatives aux causes médicales de décès appariées aux données de consommation de soins dans le Système national des données de santé (SNDS) en a permis l’étude à l’échelle nationale chez les principaux bénéficiaires de l’Assurance maladie.
La réduction de l’espérance de vie des individus suivis pour des troubles psychiques atteint en moyenne 16 ans chez les hommes et 13 ans chez les femmes avec des variations en fonction des troubles considérés. Ces individus ont des taux de mortalité deux à cinq fois supérieurs à ceux de la population générale, quelle que soit la cause de décès, et un taux de mortalité prématurée quadruplé. Ces premiers résultats encouragent à développer des travaux visant à expliquer cette surmortalité ainsi qu’à mener en parallèle des actions ciblées pour réduire les inégalités de santé dont sont victimes les personnes vivant avec un trouble psychique.